Droit des marques : Injonction de cessation et saisie-contrefaçon


Le droit des marques est un domaine essentiel à la protection de l’identité et de la propriété intellectuelle des entreprises. Parmi les outils juridiques à disposition pour lutter contre les atteintes aux marques, deux mécanismes se distinguent : l’injonction de cessation et la saisie-contrefaçon. Cet article vous présente ces deux procédures et leur mise en œuvre.

Injonction de cessation : une mesure d’urgence pour protéger la marque

L’injonction de cessation est une procédure judiciaire permettant au titulaire d’une marque d’obtenir rapidement l’arrêt de l’utilisation abusive ou contrefaisante de sa marque. Elle vise principalement à éviter que le préjudice causé par la contrefaçon ne s’aggrave.

Pour obtenir une injonction de cessation, le titulaire de la marque doit prouver qu’il détient bien les droits sur cette dernière et démontrer l’atteinte portée à ses droits (par exemple, la reproduction, l’imitation ou l’apposition d’une marque identique ou similaire). Il est conseillé de faire appel à un avocat spécialisé dans ce domaine pour monter le dossier et le présenter devant le juge compétent.

Si le juge estime que les éléments présentés sont suffisants, il peut ordonner immédiatement la cessation des actes de contrefaçon. Cette décision peut être assortie de mesures complémentaires, telles que la publication de la décision ou l’indemnisation du titulaire de la marque.

La saisie-contrefaçon : un moyen d’obtenir des preuves et d’évaluer le préjudice

La saisie-contrefaçon est une procédure permettant au titulaire d’une marque de faire constater les actes de contrefaçon par un huissier de justice et d’en saisir les preuves. Elle vise à faciliter l’établissement du préjudice subi et à préparer une éventuelle action en justice.

Pour mettre en œuvre une saisie-contrefaçon, le titulaire de la marque doit obtenir une ordonnance du juge sur requête, c’est-à-dire sans que le contrefacteur présumé soit informé ni présent. Le juge vérifie alors si les conditions légales sont réunies (existence d’une marque protégée, présomption de contrefaçon) et peut autoriser la mesure.

Une fois l’ordonnance obtenue, le titulaire de la marque dispose d’un délai pour faire réaliser la saisie-contrefaçon par un huissier de justice. Les éléments saisis peuvent être des objets contrefaisants, des documents commerciaux ou financiers, ou encore des fichiers informatiques. L’huissier établit ensuite un procès-verbal détaillant les faits constatés et les pièces saisies.

Les démarches et recours pour protéger efficacement sa marque

En cas de contrefaçon avérée, plusieurs voies de recours sont possibles pour le titulaire de la marque. Outre l’injonction de cessation et la saisie-contrefaçon, il peut engager une action en contrefaçon devant les juridictions civiles ou pénales, afin d’obtenir réparation du préjudice subi et sanctionner le contrefacteur.

Le choix entre ces différentes procédures dépendra des objectifs poursuivis par le titulaire de la marque (arrêt des actes de contrefaçon, indemnisation, dissuasion) et des preuves dont il dispose. Dans tous les cas, il est recommandé de consulter un avocat spécialisé pour évaluer les chances de succès et mettre en place une stratégie adaptée.

En résumé, l’injonction de cessation et la saisie-contrefaçon sont deux outils juridiques essentiels pour protéger les droits des marques. Grâce à ces procédures, les titulaires de marques peuvent agir rapidement pour faire cesser les atteintes à leurs droits et préparer une action en justice visant à obtenir réparation du préjudice subi.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *